Pleins feux sur la recherche : Jane Lister, Ph. D.

« Le transport maritime est indispensable à notre prospérité économique ainsi qu’à notre bien-être. »
– Mme Jane Lister, Ph. D.

Mme Jane Lister est professeure-chercheure et directrice associée du Centre for Transportation Studies (Centre d’études des transports) à l’école de commerce Sauder School of Business de Université de la Colombie-Britannique (UBC). Elle a obtenu un Ph. D. en gestion des ressources de UBC, une M.B.A. de la Sauder School of Business et un baccalauréat spécialisé en études économiques et environnementales de l’Université de Toronto.

Mme Lister a plus de 15 ans d’expérience pratique dans le domaine de la durabilité des entreprises. Sa recherche se concentre sur la responsabilité sociale d’entreprise et la gouvernance en matière d’environnement. Elle occupe actuellement le poste de directrice de recherche du réseau de recherche international Green Shipping: Governance and Innovation for a Sustainable Maritime Supply Chain (transport maritime vert : gouvernance et innovation pour une chaîne d’approvisionnement maritime durable. Ce réseau constitue un partenariat de recherche axé sur le mouvement vers un transport maritime écologique, qui milite pour une plus grande responsabilisation en matière d’environnement ainsi que pour la réduction de l’impact sur l’air, la terre et l’eau associé à la chaîne d’approvisionnement maritime.

Entrevue

Parlez-nous du projet sur lequel vous travaillez actuellement.

Avec mon équipe, je mène actuellement une recherche sur la gestion des améliorations environnementales dans la chaîne d’approvisionnement maritime. Il s’agit d’un projet de six ans qui rassemble des partenaires de milieux universitaires et autres du monde entier. Nous avons établi un réseau de recherche international consistant de dix-sept universités et de dix-sept partenaires provenant des secteurs du gouvernement et de l’industrie, ainsi que d’organismes non gouvernementaux. UBC est le titulaire de la subvention et constitue le carrefour central du réseau, tandis que l’école de commerce Copenhagen Business School est le carrefour européen du réseau.

Les directeurs de l’étude comprennent :

David Gillen, Université de la Colombie-Britannique – Co-directeur et chercheur principal

Henrik Sornn-Friese, Copenhagen Business School – Co-directeur

Peter Hall, Université Simon Fraser – Co-directeur

C’est une initiative importante. Nous examinons les mesures que peut prendre l’industrie du transport maritime pour aller au-delà de la phase d’une amélioration par degrés, comme l’utilisation de types de peintures plus durables sur les coques de navires, en vue de réaliser des changements transformateurs critiques, comme des navires non polluants dans les ports. Étant donné que de nombreux partenaires participent à cette étude, provenant de tant de juridictions différentes, dont l’Amérique du Nord, l’Europe et l’Asie, c’est une excellente occasion pour nous d’effectuer des analyses comparatives visant à déterminer les pays qui sont des chefs de file et ceux qui sont en retard en ce qui concerne la gestion d’améliorations environnementales dans la chaîne d’approvisionnement maritime.

Quels sont les objectifs de cette étude?

Cette étude a cinq objectifs :

  1. Comprendre les facteurs importants qui influencent les initiatives de gouvernance liées au transport maritime écologique, ainsi que l’efficacité de telles initiatives.
  2. Repérer les défis relatifs à la gestion du transport maritime vert ainsi que les occasions permettant de mettre en œuvre les meilleures pratiques.
  3. Évaluer de nouveaux modèles opérationnels en vue de favoriser les innovations écologiques dans le transport maritime.
  4. Communiquer les résultats de la recherche, non seulement au milieu universitaire par l’échange traditionnel de publications évaluées par les pairs, mais également et ce qui est important au milieu non universitaire par l’entremise de documents de politique et la tenue d’ateliers.
  5. Fournir des occasions de formation et de mentorat à l’intention des étudiants.

L’objectif global de l’étude est d’examiner diverses possibilités de meilleure gouvernance en ce qui a trait aux améliorations environnementales dans la chaîne d’approvisionnement maritime et de faire des recommandations à cet égard.

Quel est le message clé de votre étude?

Nous savons déjà réaliser un transport maritime de marchandises économique. Notre défi maintenant est de comprendre le rôle de tous les organismes intéressés dans la chaîne d’approvisionnement maritime et d’apprendre à mobiliser ces organisations pour qu’elles transportent les marchandises d’une manière durable sur le plan de l’environnement.

Quand pouvons-nous espérer l’achèvement de ce projet?

Nous achevons la première année du projet, qui s’étalera sur six ans. Notre équipe a tenu une réunion au début de mai 2018, à Copenhague, pour élaborer un plan détaillé de recherche en collaboration, que nous mettrons en œuvre à l’avenir. Nous commencerons à avoir des résultats à partir de la fin de notre deuxième année, dès avril 2019. Par la suite, nous prévoyons que l’étude produira des résultats continuels jusqu’à la fin du projet en 2023.

Selon vous, comment sera appliquée votre recherche?

Nous nous attendons à produire une recherche qui facilitera la compréhension :

  1. Nous nous attendons à produire une recherche qui facilitera la compréhension :
  2. des causes fondamentales de ces impacts.

Nous fournirons ensuite des recommandations pour avancer la gestion d’améliorations, par les moyens suivants :

  1. en examinant les démarches adoptées à travers le monde pour réduire les impacts environnementaux du transport maritime; et
  2. en comparant les façons employées par les différentes juridictions en fonction de leurs structures de gouvernance, en vue de découvrir les mécanismes qui donnent des résultats et ceux qui ne fonctionnent pas.

Comment a été financée cette recherche?

Nous avons reçu du gouvernement canadien une subvention importante, appelée subvention de partenariat, provenant du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH) à Ottawa. Elle s’élève à 2,5 millions de dollars canadiens, s’étale sur six années, et représente la plus grosse subvention accordée par le CRSH dans le domaine des sciences humaines. Cette subvention est accordée pour contribuer à un examen de dossiers d’importance mondiale qui vont au-delà de questions touchant uniquement le Canada; cet examen doit être multidisciplinaire, englobant les diverses disciplines universitaires et mobilisant les connaissances provenant de milieux autres que les universités.

Nous espérons également obtenir une aide financière supplémentaire de la part des organismes qui participent à notre partenariat, y compris des contributions en nature, comme la contribution de données ou d’expertise ou l’embauche d’étudiants stagiaires.

Que souhaiteriez-vous faire savoir au sujet de votre recherche?

Notre subvention de six ans permettra à notre partenariat international de :

  • repérer les défis et les possibilités clés ayant trait à la durabilité;
  • élaborer des mesures et des instruments de gouvernance et d’innovation; et
  • former les étudiants sur les méthodes d’aborder les questions de durabilité, qu’ils soient des étudiants au niveau du baccalauréat ou des études supérieures, ou des chercheurs de niveau postdoctoral, ou des cadres supérieurs suivant une formation.

Quel serait le message à diffuser au sujet du transport maritime commercial?

Le transport maritime commercial apporte une contribution importante à l’économie mondiale, étant donné que 90 % des échanges internationaux se font par navire transocéanique. Presque tout ce qui se trouve autour de nous est transporté par mer. Le transport maritime est indispensable à notre prospérité économique ainsi qu’à notre bien-être. Cette industrie doit absolument maintenir sa capacité concurrentielle. Malheureusement, c’est une industrie qui a des impacts environnementaux et sociaux. Il est essentiel de saisir la nature de ces impacts et de les gérer d’une manière efficace.

Qu’est-ce qui vous motive dans ce travail?

Nous vivons actuellement une période très intéressante dans l’histoire de ce secteur. C’est un secteur surprenant. Le transport maritime commercial et notre économie sont étroitement liés. C’est la courroie de transmission de la mondialisation. À tout moment, on compte plus de 50 000 navires qui naviguent sur les océans, mais ce fait est mal connu et mal compris. À mon avis, il s’agit d’une période passionnante dans ce secteur, et nous allons assister à d’importants changements qui sont critiques pour le développement, la prospérité économique et la durabilité sur le plan environnemental.

Où pouvons-nous trouver plus d’information?

Une description plus détaillée de l’étude, des publications du projet et des évènements à venir sera accessible sur le site Web du Centre for Transportation Studies.

Pour plus d’information sur la professeure Jane Lister :

Mme Lister est l’auteure de trois livres sur la responsabilité sociale d’entreprise et la gouvernance, dont Eco-Business (avec le co-auteur Peter Dauvergne). Elle a également publié des articles dans des revues évaluées par les pairs, telles que Global Environmental Change et Organization and Environment. 

#clearfacts #TransportMaritimeCompte

Date de publication : 10 mai 2018

Date de modification : 13 novembre 2018